• quel bateau choisir pour débuter
    tutos

    Quel bateau choisir pour débuter?

    Depuis des mois, des années parfois, vous caressez l’idée de devenir propriétaire de votre voilier. Vous avez accumulé un peu d’expérience, mais pour aller plus loin vous sentez qu’il faut que vous soyez votre propre skipper. Après de longues nuits blanches à tergiverser, vous avez tranché entre l’opportunité de louer ou d’acheter un bateau. Pour vous ce sera l’achat, cette fois-ci vous en êtes certain. Armé de cette certitude rassurante vous replongez immédiatement dans la perplexité: quel bateau allez vous choisir pour débuter?

    J’étais dans cet état d’esprit il y a presque 30 ans quand je cherchais avec ma mère son premier voilier. J’avais un début de compétence et elle avait les finances nécessaires. L’idée était de trouver un bateau facile à manœuvrer et capable de naviguer loin. Le second point était que je m’engageais à transmettre à ma mère mes connaissances assez rapidement pour qu’elle soit autonome avec son voilier. Je reconnais que ce genre de situation est un peu originale, mais les questions que nous nous avons rencontrées sont bien celles que tout débutant doit se poser lors de l’achat de son premier bateau.

    Vous me direz que depuis les années 90 les choses ont bien changé.

    Oui et non. Les questions de fond restent les mêmes. Deux choses ont évolué cependant: le marché de l’occasion s’est considérablement développé. Aujourd’hui on peut trouver son bonheur pour très peu d’argent, du moins lors de l’achat. Le second point qui a évolué, ce sont les aides à la navigation. Du pilote électrique à la cartographie électronique, les équipements modernes facilitent énormément la prise en main d’un premier voilier. Ce qui ne justifie pas de faire l’impasse sur certains apprentissages, mais ceci fera l’objet d’un autre article 😉

    quel équipement de bateau choisir pour débuter

    Au fait, deux petites mises en garde:

    • N’achetez JAMAIS un voilier si vous n’avez jamais navigué auparavant. Entre ce que vous imaginez et la réalité de l’expérience il peut y avoir un énorme fossé.
    • N’achetez JAMAIS un voilier sans l’avoir vu au sec. Même si c’est une affaire, en apparence.

    A présent nous allons rédiger ensemble le cahier des charges qui va nous permettre de définir quel bateau choisir pour débuter.

    Voici les caractéristiques idéales du voilier du débutant:

    1. Un voilier facile à manœuvrer

    Apprendre la voile ne nécessite pas forcément de relever des défis toutes les cinq minutes. Vous finiriez par abandonner.

    Déjà dans les ports: imaginez-vous vous garer entre deux travées de bateaux par fort vent traversier. Si vous êtes novice en manœuvres de port vous vous ferez vite des cheveux blancs en choisissant un “camion”.

    Qu’est-ce qu’un camion?

    Le camion est un voilier lourd qui a besoin de place pour tourner. Il a des superstructures importantes qui donnent beaucoup de prise au vent : beaucoup de fardage donc. Son pas d’hélice vous conduit inexorablement vers tribord (ou bâbord, c’est selon) en marche arrière. Son plan de voilure est celui des anciens sloop: petite grand-voile et génois à fort recouvrement. Autant dire qu’il faudra des bras pour border aux virements de bord. A la barre il vous donne peu de plaisir, par contre là aussi il exige une bonne musculature.

    Donc si vous débutez, à moins que le confort au port ne prime sur tout le reste, évitez ce type de voilier.

    A l’inverse j’ai rencontré un jeune homme qui avait débuté sur un First Class 8. Il l’a acheté et il a appris à naviguer presque tout seul. Ce garçon ne doit pas lire ce blog. Il est d’une trempe particulière, du genre qui n’a peur de rien et tout dessus par 40 noeuds de vent.

    quel bateau rapide choisir pour débuter

    Le First Class 8 est un petit bolide, conçu pour la régate. Il a des bastaques. Il réagit tout de suite aux réglages. Pour débuter en voile comme équipier c’est un très bon support. Pour vos premiers skippages en revanche, ce n’est pas impossible, mais alors allez-y progressivement, d’abord par petit temps puis augmentez la difficulté. Je vous donne d’ailleurs des conseils à ce sujet dans mon livret “progresser en voile sans prendre de cours”, c’est le moment de le télécharger si vous ne l’avez pas encore fait (formulaire bleu à droite de votre écran et en fin d’article)

    Une taille comprise entre 24 et 32 pieds

    A ce sujet je vous déconseille de dépasser 32 pieds pour un premier voilier. Je pense même que le top pour s’initier à la croisière serait de démarrer sur un bateau entre 24 et 28 pieds. Ils sont plus facile à prendre en main, pardonnent mieux les erreurs et accessibles à toutes les bourses.

    N’oubliez pas cet adage : petit bateau = petits soucis + petit budget.

    2. Vivant

    L’inverse du camion en voile, ce serait la mobylette. Il s’agirait d’un voilier léger, réactif et capable de se faufiler dans les ports sans égratignures.

    Un voilier de ce type vous enseignera le réglage de voile presque autant qu’un dériveur léger, tout en vous initiant à la croisière. Alors qu’à bord d’un camion vos réglages fins n’auront aucun effet perceptible.

    Pour la majorité des débutants, des bateaux vivants mais un peu moins toilés que le Class 8 conviendront mieux. Vous aurez plus le temps de vous concentrer sur d’autres aspects que la manœuvre et les réglages: la navigation par exemple, ou votre équipage

    En réalité, nombre de petits voiliers de croisière habitables , lorsqu’on les dote de belles voiles peuvent vous donner de belles sensations. J’appelle cela réveiller un voilier 😉

    3. Un bateau prêt à naviguer?

    Êtes-vous bricoleur? Si non, oubliez l’idée d’acheter un bateau.

    A quel point aimez-vous bricoler?

    quel bateau de croisière chosir pour débuter

    Ceci déterminera votre choix. Certains marins prennent autant, voire plus, de plaisir à rénover des voiliers qu’à naviguer. Le premier avantage de cette démarche est qu’elle vous amènera à connaître votre destrier de fond en comble. Cela est très utile en cas d’avarie en mer. Le second avantage est que si vous êtes vraiment motivé, vous pouvez faire des affaires intéressantes en achetant de vieux voiliers à l’abandon.

    L’inconvénient majeur est bien sûr que pendant que vous retapez votre bateau, vous n’êtes pas sur l’eau. A vous de voir quel est votre objectif immédiat.

    4. Quel confort?

    Cette question rejoint celle du programme de navigation. Disons que si vous voulez dormir à bord, quel est le niveau de services qui vous est indispensable? Posez vous la question à vous-même mais aussi à votre futur équipage. Sinon vous n’aurez peut-être pas d’équipage.

    Entre le seau et le wc, la douche solaire en pied de mât et la salle de bain avec eau chaude sous pression, les mini-cabines où l’on vit à 4 pattes et les hauteurs sous barrot de cathédrale, vous aurez des choix à poser.

    Retenez tout de même que plus vous avez d’équipements de confort et plus vous aurez de pannes potentielles.

    Souvent les bateaux légers et rapides sont très spartiates. Il en existe qui sont légers, rapides et confortables, mais ils sont plus chers. A l’inverse il existe sur le marché de l’occasion quantité de petits bateaux à bon marché que l’on peut équiper pour vivre à bord sans risquer le lumbago.

    5. La place de port

    Dans certaines zones tendues, les places de port se font vraiment rares. Bonne nouvelle: la situation est amenée à s’améliorer, en partie grâce à des innovations dans les modes de stationnement proposées par les marinas.

    Parfois le premier bateau vient donc avec sa place au ponton. Il faut y penser avant d’acheter, sinon vous allez vous trouver devant un gros problème. Autre alternative plus économique:  louer un corps-mort coûte beaucoup moins cher qu’une place en marina.

    6. Accessible financièrement

    Le bon bateau est d’abord celui que l’on peut s’acheter.

    Franchement, dès que vous avez résolu le problème du stationnement, vous n’avez plus d’excuse. Il existe des voiliers aujourd’hui pour absolument tous les budgets. Le marché de l’occasion est immense. Les bateaux mais aussi les voiles, les moteurs, l’accastillage, tout peut s’acheter d’occasion!

    Le truc pour ne pas vous trouver en banqueroute: établissez un budget prévisionnel AVANT d’acheter. Le prix que vous pouvez mettre doit englober tous les postes, plus une réserve de sécurité. Si vous respectez ce principe tout devrait bien se passer.

    7. Revendable

    Si vous tombez en arrêt devant un joli proto en contreplaqué-epoxy, réfléchissez bien avant d’acheter. Le jour où vous voudrez un plus grand bateau, ou bien plus de bateau du tout, pourrez vous le revendre facilement? Et à quel prix?

    Les voiliers d’occasion qui se vendent le mieux sont des bateaux de série dont la réputation est solide. Les autres sont réservés à des passionnés. Ils peuvent vous rester longtemps sur les bras.

    D’autre part quand vous achetez un bateau vraiment ancien, sa valeur dépend essentiellement de son équipement. Une voile neuve peut coûter aussi cher que le voilier nu, mais elle se dévalorise vite. Donc quand vous revendrez ce voilier, c’est l’équipement et sa pose qui fera monter le prix, mais à la moitié du neuf évidemment.

    8. Le programme de navigation

    Admettons que vous débutiez, mais pas totalement non plus. Vous pouvez avoir des tas de raisons d’acheter ce premier voilier. Dans cet article, comme dans tout ceux du blog, je suis partie de l’idée que vous vouliez progresser en voile. Il n’empêche que vous pouvez aussi aspirer à naviguer très loin et très longtemps. A moins que la navigation côtière ait votre préférence. Tout est possible.

    J’ai restreint la longueur à 32 pieds parce qu’au delà sans expérience je pense que vous courrez le risque d’être dépassés. Or vous pouvez tout à fait faire un tour du monde à bord d’un 32 pieds. Et même avec un 28 pieds. Ce qui change avec la taille: le confort, la vitesse, le coût.

    Le programme de navigation vous amènera à définir les critères suivants:

    • tirant d’eau souhaité
    • dériveur, quillard, quille relevable
    • performances
    • solidité
    • confort

    9. Le coup de cœur

    Revenons sur le joli proto en CP de tout à l’heure. Mettons qu’il soit bien équipé, entièrement rénové et qu’il réponde à votre programme de navigation. Alors que faites-vous? Sera t-il le bateau que vous devrez choisir pour débuter?

    Calculez sa valeur au plus juste en tenant compte de l’ancienneté, du matériau et de l’équipement. Négociez autant que possible sans vexer le vendeur. Et puis foncez si tous les voyants sont au vert! On n’a qu’une vie!

    Quelque soit votre choix: vous serez bien plus motivé pour naviguer sur un voilier que vous aimez. Vous apprendrez mieux et plus vite!

    10. Quelques voiliers indémodables pour débuter

    Nous arrivons au terme de cet article. Tout au long de votre lecture vous voyez que j’ai cité très peu de modèles pour que vous restiez focalisés sur votre cahier des charges. Par ailleurs je connais le marché français, mais pas le marché canadien par exemple. Si d’aventure quelques lecteurs québecois passaient par là je leur serais reconnaissante de nous renseigner.

    Un écume de mer en vente sur le bon coin

    Quel bateau choisir pour débuter?

    Voici quelques petits voiliers de croisière anciens pour débuter en France, peu chers, aux performances honorables et qui vieillissent bien, dans le désordre :

    First 210 ou 211, First 21.7, Trident 80, Sangria, Ecume de Mer, First 25, Kelt 8m, Brise de mer 28, Aquila, RM 900, first 29, Dehler 28, Flush Poker, Fantasia, Arcadia,  First 285 GTE …

    Pour des budgets plus confortables: Django 7.60, RM 8,80m, Sun Fast 32, First 31.7 etc.

    Conclusion

    Voilà, vous savez que avez du choix. Les sites de bateaux d’occasion vous tendent les bras, tout comme les chantiers nautiques et les marinas. Promenez-vous, soyez curieux, dressez votre cahier des charges. Quand vous aurez visité un voilier qui vous plaît, dressez un budget exhaustif, essayez-le, voyez-le au sec. Et puis cessez de procrastiner: lancez-vous et dites-nous quel bateau vous avez choisi pour débuter!

     

     

  • louer ou acheter un voilier aux grenadines
    tutos

    Louer ou acheter son voilier: comment concilier passion et raison?

    Louer ou acheter son voilier? A force d’écrire des articles sur la croisière le désir de posséder à nouveau un voilier s’accroît semaine après semaine. Pourtant, ce n’est pas pour moi le bon moment pour y céder. Et pour bien m’en convaincre j’ai décidé d’écrire sur ce sujet de manière à poser le problème raisonnablement.

    Est-il vraiment nécessaire de posséder un bateau pour assouvir sa passion? La location, l’emprunt à des amis, sont des alternatives à considérer avec attention tant que l’on peut se contenter de navigations relativement courtes.

    Oui, mais quand la passion nous étreint il est difficile de conserver les idées claires.

    Ici, point de poésie. Pour ne pas transformer notre rêve en interminable galère, nous devons considérer le projet d’acheter un voilier avec réalisme. Voyons donc en premier lieu les obstacles qui nous attendent.

    Les freins à l’acquisition d’un voilier

    Voici les 4 éléments principaux qui peuvent nous amener à louer un voilier plutôt que de l’acheter.

    Le véritable coût d’un voilier

    Comme tout bien d’importance, posséder un voilier entraîne deux types de coûts: le coût d’acquisition et le coût d’entretien.

    Lorsque nous achetons un voilier nous immobilisons un capital financier pour une durée indéterminée. Pire encore: comme une voiture plus un voilier est récent, plus rapidement il se dévalorise. Pour limiter les pertes il peut être judicieux de se pencher sur le marché de l’occasion. Le marché français des voiliers d’occasion est très favorable aux acheteurs. Beaucoup de voiliers de qualité se négocient à des prix très bas par rapport au marché du neuf.

    Le revers de cette situation est que si vous savez quand vous achetez votre voilier, vous ne savez pas quand ni à quel prix vous le revendrez.

    Les coûts d’entretien varient selon le prix de votre emplacement et les améliorations ou réparations que vous devez engager chaque année. Il est assez réaliste de compter une moyenne de 10% de la valeur du bateau par an. Évidemment un voilier de 30 ans récupéré pour une bouchée de pain risque de vous coûter plus en frais d’amélioration qu’à l’achat.

    acheter ou louer un beau voilier

    Les coûts annuels inévitables sont à ventiler suivant les postes suivants:

    • Frais de stationnement
    • Assurance (minimum 1% de la valeur du voilier)
    • Révision du moteur, des voiles, du gréement, du matériel de sécurité
    • Frais de carénage
    • Renouvellement des équipements
    • Petites réparations

    A titre d’exemple je prends soin actuellement de l‘Oceanis 31 d’un ami. Le voilier est stationné au ponton à Brest (2000€/an). Coût d’achat au salon du Crouesty pour une unité âgée de 10 ans: 50 000€.

    Cette année il envisage de renouveler le génois, la capote et le lazy bag. En plus de cela l’antenne VHF a été emportée dans un coup de vent. Le coût d’entretien annuel devrait monter à environ 7000 €. l’année suivante il changera probablement la grand voile seulement , et le coût redescendra à 6000 €.

    Je ne suis pas devin, mais au vu de l’évolution actuelle du marché de la plaisance, il est probable que d’ici 10 ans ce voilier ait perdu la moitié de sa valeur sur le marché de l’occasion, même s’il est bien entretenu. Ainsi perd t-il 2500€ en valeur de possession, chaque année.

    Si l’on ajoute cette décote au coût d’entretien annuel, nous obtenons un coût de 7500 à 8500€/an pour un bateau de 9m âgé de 10 ans.

    Bien sûr il est possible de réduire ces dépenses en cherchant un emplacement moins coûteux sur bouée, ou en louant son bateau à des particuliers. On peut aussi trouver un voilier en bon état mais plus ancien qui se dévalorisera moins vite. Enfin on trouve parfois des voiles d’occasion en très bon état, si on a de la chance et du temps pour les chercher.

    Le temps

    Comme je viens de le mentionner un propriétaire de voilier devra consacrer un temps non négligeable à l’entretien et à la surveillance de son bateau. Il peut déléguer une partie de ce travail, mais s’il le confie systématiquement à des professionnels cela lui reviendra assez cher.

    louer ou acheter et entretenir son voilier

    Voici les activités qui nous demandent un investissement significatif en temps:

    • La coordination des professionnels
    • Les révisions du moteur
    • Le carénage
    • L’hivernage
    • Les petites réparations
    • Les améliorations et changement d’équipement
    • la surveillance du poste d’amarrage, nettoyage du pont, charge des batteries.

    Outre le temps dédié à l’entretien, il nous faut du temps pour naviguer! Ben oui, si vous prenez des vacances pour bricoler à bord, vous en restera t-il pour vos croisières?

    Ainsi il peut être intéressant de calculer le prix de revient d’une journée de navigation. Si votre voilier vous revient à 8000€/an et que vous naviguez X jours par an, est-ce que le rapport coût/plaisir vous convient? A titre de comparaison un voilier comparable se loue environ 200€/jours en Bretagne. Il faudrait naviguer 40 jours par an pour parvenir à un coût équivalent à la location, sans compter le temps passé à entretenir notre bateau. Bien sûr, vous pouvez compter ce temps comme un loisir où comme un travail, tout dépend de vos goûts personnels 😉

    A ce stade de la réflexion, qu’en pensez-vous? Vous voulez louer ou acheter votre voilier?

    La place de port

    Un matin je me lève avec la certitude que je tiens absolument à acheter un petit voilier pour filmer mes prochains tutos. Pour ne pas déséquilibrer mon budget, je choisirais un voilier petit, relativement ancien, mais véloce, avec une multitude de réglages pour tout vous expliquer en profondeur. Il aurait une quille relevable pour explorer tous les recoins de la côte bretonne sans craindre l’échouage. Peut-être un Surprise ou un First Class 8?

    Oui mais… je le mets où ce petit bolide? La liste d’attente au port le plus proche est de un à deux ans. Ce qui est très peu comparativement aux autres ports de plaisance.

    Il faudrait un voilier transportable du coup. Si quelqu’un me prête un terrain pour le stocker… et sa boule de remorquage… et son permis de tracter des engins lourds. A moins que je ne déniche un corps-mort?

    louer à majorque

    Bref, difficile de se lancer sur un coup de tête. Si vous envisagez d’acheter un voilier, essayer d’anticiper et de réserver votre place de port à l’avance. Il faut bien calculer son coup pour être prêt le jour où on vous appelle pour vous dire que vous pouvez obtenir une place… suivant les ports on vous laisse 2 ou 3 chances avant de vous radier de la liste d’attente. D’ailleurs je file me réinscrire, à tout de suite 🙂

    La compétence

    Le premier voilier que j’ai acheté, alors que j’avais 19 ans, ne m’était pas destiné. Ma mère m’avait demandé de lui apprendre à naviguer sur son propre voilier. Nous l’avons choisi ensemble: un Brise de mer 28 en aluminium qui rentrait d’une année sabbatique en Atlantique. Ce voilier m’a tout de suite inspiré confiance. Il était robuste, marin, adapté à tous les programmes de navigation, à condition de ne pas être trop pressée. Quand je suis montée sur le pont alors qu’il était au sec, j’ai levé la tête vers le haut du mât et j’ai senti que je n’aurai pas peur d’envoyer le spi. Il avait juste la bonne taille pour apprendre tout en naviguant loin.

    J’avais déjà une petite expérience de la navigation hauturière et côtière. J’avais navigué en école de croisière un mois autour des îles britanniques, jusqu’aux Orcades ainsi qu’en Espagne depuis Brest. Sans compter mon monitorat de dériveur. Par contre j’étais une quiche en bricolage…

    Une certaine compétence est néanmoins nécessaire pour bien choisir votre voilier. Si vous ne l’avez pas, demandez à quelqu’un de plus expérimenté de vous aider. D’ailleurs je propose un accompagnement complet à l’achat de voilier sur ma page de coaching.

    Pour le reste il faut bien commencer un jour. Vous pouvez par exemple suivre les conseils que je vous donne pour vous former dans le livret gratuit “progresser en voile” téléchargeable à la fin de cet article. Certaines personnes se lancent avec très peu d’expérience, d’autres préfèrent passer tous les niveaux proposés par une célèbre école de croisière avant de skipper leur propre bateau.

    se former aux glénans

    Quoiqu’il en soit si vous n’avez jamais navigué, évitez d’acheter – ou de construire, ça arrive – un voilier: vous ne savez même pas si ça vous plaira! Fixez-vous comme strict minimum d’avoir passé au moins 3 semaines complètes en mer ou une dizaine de week-end. Vous aurez acquis des bases, et vous saurez à quel point vous êtes sensibles au mal de mer 😉

    L’équilibre de votre couple

    Si tous les points précédents ne vous freinent pas, il reste à savoir de quel soutien vous bénéficierez dans votre entreprise. Les marins qui vivent en couple achètent rarement un voilier sans consulter leur moitié. Quand cette passion n’est pas partagé, elle peut devenir rapidement source de conflits. En effet elle implique autant d’y passer la majorité de son temps libre que d’y engloutir un budget conséquent.

    Comment donner goût à la navigation à son/sa partenaire? Avant d’acheter ou de louer un voilier,  lisez les 10 raisons pour lesquelles votre femme n’aime pas le bateau, vous y trouverez peut-être des pistes d’amélioration!

    Les avantages de la location de voilier

    Un budget et un emploi du temps maîtrisé

    En principe quand vous louez un voilier, vous savez exactement combien vous allez dépenser. La location terminée, vous n’y pensez plus, sauf pour vous remémorer vos vacances. Pas d’entretien à prévoir, pas d’amarrage à surveiller, vous êtes libre comme l’air. Si vous avez des emprunts en cours ou les études de vos enfants à financer, c’est peut-être la solution la plus sage.

    De la même façon, quand votre temps est compté, ou lorsque vous avez d’autres passions à assouvir, la location avec des professionnels vous permet de ne pas tout sacrifier à la navigation.

    Faites tout de même attention si vous louez à des particuliers plutôt qu’à des loueurs professionnels. Les bateaux sont parfois moins bien entretenus et souvent plus anciens. De plus les propriétaires peuvent se désister brutalement, sans vous proposer de solution de rechange. J’ai un mauvais souvenir d’une expérience de location à un particulier que je relate dans cet article sur la sécurité en mer. Ces vacances auraient pu très mal tourner…

    Essayer des bateaux différents

    Tant que vous n’êtes pas prêt à sauter le pas, pourquoi ne pas en profiter pour tester le bateau de vos rêves? Pour ma part je crois que je me laisserai bien tenter par la location d’un RM 10.50 biquille. Ces bateaux sont réputés bons marcheurs et faciles à échouer. Le pied pour naviguer en Bretagne!

    louer ou acheter un voilier rm

    Tout à fait différemment, j’aimerais effectuer une navigation à bord d’un Django, Malango ou autre Mojito. L’idée est de naviguer pleine balle et de relever la quille pour se nicher délicatement à l’abri des arrières ports, loin de la houle, de la foule et du clapot. Si cela s’avère trop inconfortable, pas de regrets: je rendrai le bateau à son propriétaire et passerai à d’autres programmes de navigation.

    Par contre j’ai un projet plus lointain de navigation dans les glaces à bord d’un voilier en aluminium. Là je ne pense pas trouver chaussure à mon pied dans l’univers de la location. Mais pour ce genre de voyage le mieux sera de sonder ceux qui l’ont déjà fait sur les forums internet, et d’en rencontrer quelques-uns.

    Des destinations variées

    Pourquoi pas Saint-Malo ou la méditerranée cet été? Ou La Grèce et la Croatie? Et les Antilles à Noël? L’Ecosse ou la Norvège? Tant qu’il y a des bateaux à louer, il est possible de faire l’impasse sur les looooooongues traversées pour se concentrer sur la découvertes de côtes inconnues. Le tourisme nautique a l’avantage de la diversité, et peut-être un prélude à de futures aventures à bord de votre propre voilier cette fois.

    Pour être franche, j’adore les traversées. Elles me donnent l’impression de “mériter” ma destination. Elles me reconnectent avec les éléments naturels: la nuit, le jour, les animaux marins et le temps de la navigation qui marque la distance. Cependant il est des moments de la vie où on ne peut pas être tout le temps sur l’eau, en attendant d’acheter son voilier, louer permet de patienter...

    Quand la passion vous appelle…

    Certains passionnés vont balayer d’un revers de manche toutes les précautions que je viens de citer. L’argent? Ils en trouveront. Les compétences? Elles viendront avec la pratique. La place de port? Il y a toujours une solution. Quant au couple: ça passe ou ça casse. Bref ils ne vont pas louer, ils vont acheter tout de suite leur voilier!

    Il est évidemment très risqué de procéder ainsi. Disons qu’en se préparant un peu mieux on augmente ses chances de profiter au mieux de son voilier. D’un autre côté, la procrastination peut faire hésiter fort longtemps.

    acheter un voilier pour partir
    photo Sailing Nomad – Flickr

    Mais pourquoi s’embêter à acheter et entretenir un voilier quand on peut en louer où on veut et quand on veut?

    Réaliser un rêve

    Nous ne mesurons pas assez la chance que nous avons d’avoir une passion!

    Cette passion donne un sens, une direction à notre existence, parce que grâce à elle nous savons exactement ce qui peut contribuer à notre bonheur! La plupart des gens ne savent pas ce qu’ils veulent.

    Nous, si. Nous savons que nous voulons naviguer.

    Au fil de vos expériences nautiques, vous allez vous orienter vers telle ou telle pratique de la voile. D’une certaine manière il existe autant de façon d’apprécier la voile que de voileux. La passion du sport, la fierté de se dépasser, la soif de liberté, le goût du voyage, l’amour de la nature, le désir d’une vie plus simple… les raisons qui nous font aimer la voile sont à la fois multiples et différentes.

    Investir dans sa passion

    L’argent est un moyen de réaliser nos rêves de navigateurs. Ces rêves sont les scénarios de nos passions, ils prennent parfois des formes très diverses. Par exemple vous pouvez acheter un voilier pour (plusieurs points peuvent se cumuler):

    • Vivre à bord à l’année
    • En faire une maison secondaire
    • Partir autour du monde
    • Faire du cabotage le week-end
    • Régater
    • bricoler tout votre saoul
    • épater les copains
    • Avoir une garçonnière 😉

    Vous voyez bien que louer un bateau ne nous permettra pas de réaliser ce type de rêves. Ou alors très ponctuellement. Il s’agit d’inclure notre voilier dans nos vies au même titre que votre famille, vos amis ou votre travail.

    Ce n’est plus un hobby, mais une part de notre identité!

    Un voilier à votre mesure

    Sans doute est-ce l’avantage décisif à posséder son propre voilier. Nous pouvons alors le personnaliser.

    Les voiliers un peu anciens se prêtent merveilleusement bien à un relooking complet. Vous pouvez échanger les sombres vernis pour des couleurs claires. Redistribuer l’espace, réagencer l’accastillage, choisir l’équipement que vous préférez.

    Avec pas mal d’huile de coude comme nous le montre The Sailing Frenchman vous obtiendrez un bateau à votre mesure, parfaitement adapté à ce que vous voulez en faire.

    Alors, maintenant que vous avez lu cet article, vous comptez le louer ou bien l’acheter, ce voilier?