• tempête Alex
    tutos

    5 conseils pour bien prendre la météo marine

    Mille fois on nous l’a dit: ne sortez jamais en mer sans prendre la météo marine! Sans quoi les foudres de Neptune pourraient bien s’abattre sur vous!

    Et c’est tellement vrai.

    Et c’est aussi tellement faux.

    Comment expliquer autrement que tant de plaisanciers se fassent encore surprendre chaque année?

    Du gars qui décide au dernier moment de partir à la pêche en tee-shirt et qui se fait surprendre par l’état de la mer à un demi-mille de là (Pourtant on annonçait du beau temps)…

    … à celui qui s’est amarré à une tonne avec 15 autres voiliers dans un joli mouillage et qui s’est trouvé fort dépourvu quand à minuit et des brouettes la brise (et la houle) fut venue.

    Prendre la météo marine et savoir s’en servir pour naviguer c’est autre chose que de regarder la télé pour savoir s’il fera beau à la plage.

    Voilà pourquoi prendre la météo ne suffira pas à garantir votre sécurité ni celle des sauveteurs en mer.

    Alors me direz-vous, il faut bien débuter un jour! Doit-on s’interdire de sortir au prétexte qu’on ne s’est pas encore formé à la météo marine?

    Vous avez raison, la meilleure façon d’apprendre à naviguer est… de naviguer.

    Et de se former un peu.

    Dès que vous vous posez une question, hop cherchez, lisez, regardez des vidéos.

    Si vous suivez des formations, des stages ce sera encore plus rapide. Et si vous faites les deux en alternance, alors là: dans deux ans on vous retrouvera au mouillage aux îles Marquises 🙂

    Pour vous éviter quelques mauvaises expériences je veux quand même vous expliquer ici comment prendre la météo marine et articuler ses données brutes avec d’autres facteurs qui vous sont spécifiques.

    Si le voisin se permet de sortir avec 25 noeuds de vent, il n’est pas dit que vous, le même jour, avec un autre bateau et un autre équipage, vous puissiez naviguer en sécurité!

    Voici donc 5 conseils pour vous aider à prendre et la météo efficacement.

  • anticiper un grain au portant
    article invité,  tutos

    Savoir reconnaître les différents cumulus pour comprendre, anticiper et gérer au mieux les grains en mer

    Cet article a été rédigé par un blog ami que je vous invite à découvrir. Anticiper les grains en mer est indispensable à la survie de vos voiles. Foncer sous un gros cumulonimbus sans précautions peut en effet s’avérer désastreux. Dans la lignée des tutos météo que vous avez découverts sur la chaîne youtube, notamment sur l’utilisation de Windy, les conseils de Bertrand vous seront précieux. Ils vous permettront même de tirer parti de ces gros nuages pour laisser sur place les autres voiliers. On s’amuse comme on peut 😉

    Bonjour à tous,

    Je suis Bertrand du blog Réussir sa croisière à la voile et après la belle navigation que vous venez de faire avec Katell jusqu’aux Açores, il m’a semblé intéressant de vous offrir en complément un article dédié aux grains en mer, pour vous permettre, au besoin, de mieux comprendre ces phénomènes météo parfois violents, d’apprendre à les anticiper et de les gérer au mieux pour naviguer en toute sécurité.

    Les variations soudaines du vent, tant en direction qu’en vitesse, souvent générées par les grains, font partie des aléas météo que nous autres marins préférons en effet éviter pour ne pas mettre en difficulté bateau et équipage.

    Les grains se produisent bien sûr au passage des fronts mais ils peuvent aussi être engendré par des cumulus isolés.

    Car les grains se forment à partir de nuages cumuliformes qui se développement à partir de l’étage inférieur de l’atmosphère (< 1500 m) et peuvent apporter, en plus de la pluie, des variations de vent brutales et importantes.

    Être vigilant et observer la mer et les autres bateaux fournit déjà des indications précieuses pour déterminer le moment où le vent va forcir ou changer de direction. Et anticiper une manœuvre permet de bien s’y préparer et de l’exécuter au bon moment sans précipitation, plutôt que de se faire surprendre !

    Mais il est également essentiel d’apprendre à identifier les nuages, dont le stade de développement est directement corrélé au risque de grains …