tutos

Comment transformer un Ipad en centrale de navigation pour votre voilier?

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  

Dans le domaine de l’électronique à bord il y a d’un côté les geeks, bidouilleurs et super équipés, de l’autre les puristes ne jurant que par la godille et la carte papier.  Puis la majorité d’entre nous, qui apprécions l’aide d’un pilote ou d’une application de navigation sur un Ipad ou n’importe quelle autre tablette sans pour autant passer nos soirées à comparer les mérites respectifs du filaire et du wifi sur les centrales de navigation.

Je ne sais pas dans quelle catégorie vous vous rangez, mais je tenais à vous présenter mon copain Jeanmi. Fou d’électronique, de voile et guitariste (très) professionnel, il vient de réaliser un montage encore peu répandu dans nos bateaux.

Depuis cet exploit, il peut quasiment barrer son voilier depuis la couchette de son choix. Il lui suffit d’allumer son Ipad et de le connecter au réseau Wifi du bord.

électronique à bord du pogo

Pour le moment sa tablette ne règle pas les voiles. Mais ne nous moquons pas trop vite… cela finira probablement par nous arriver aussi.

Dans quel ordre vous parler de tout ceci?

Je vais vous décrire la réalisation technique bien sûr, toujours fascinante. Tout comme les possibilités de contrôle et de surveillance qu’elle offre. Mais derrière cela je me suis beaucoup interrogée sur les conséquences de cet usage avancé de l’électronique à bord pour un marin encore peu expérimenté et même pour les vieux (vieilles?) loup de mer.

Allez, c’est parti! La vidéo de l’interview suivra très bientôt 😉

Mis en place du réseau wi-fi et intégration des données à la cartographie électronique.

Le voilier de Jeanmi est un Pogo 8,50, orienté course-croisière, il est léger, spacieux (3,60m de large). Equipé d’une centrale de navigation NKE assez complète depuis l’origine, avec des répétiteurs en pied de mât et dans le cockpit. Il disposait également d’une VHF ASN lors de sa vente.

En plus de cela notre marin voulait disposer d’un émetteur-récepteur AIS, ou transpondeur AIS.

Jeanmi se rend alors au salon nautique de Paris et découvre un transpondeur qui dispose également d’un multiplexeur NMEA WIFI.

Qu’est-ce que cela signifie?

Le multiplexeur est une interface qui permet aux différents instruments du bord de communiquer entre eux. On peut y brancher sondeur, anémomètre, gps, pilote pour renvoyer leurs données par câble ou wifi vers un ordinateur, une tablette ou encore un traceur de cartes.

Pour vous aider à comprendre j’ai trouvé sur cette page différents schémas d’installation possible d’un multiplexeur avec un PC. Pour une tablette ou un téléphone il faudra que le multiplexeur émette WIFI.

Les mesures captées par les instruments de navigation (vitesse, profondeur, cap vrai, informations relatives au pilote automatique) ainsi que les positions des cibles AIS sont alors intégrées à l’application (ici Weather 4d sur un Ipad) ou le logiciel de cartographie du bord.

électronique à bord
Navigation avec Weather 4D sur l’Ipad de Jeanmi – Les mesures des instruments sont intégrées ainsi que les cibles AIS en vert.

A condition cependant que le logiciel ou l’appli en question le permette. La plupart des applis de navigation sur Ipad et tablette Android prévoient l’affichage des données AIS. Par contre elles ne peuvent pas toutes afficher en plus les données de vos autres instruments. Dans ce dernier cas, si vous voulez transformer votre tablette en répétiteur il faudra télécharger une appli supplémentaire spécifique à la marque.

Avouons que cette intégration de données est assez sympathique!

Toutes vos données de navigation centralisées sur une tablette

Voyons à présent quelques exemples de ce que nous pourrions faire avec cet Ipad en navigation.

Si votre AIS vous indique que vous êtes en route de collision avec un autre bateau, vous pouvez ordonner sur le même écran à votre pilote de changer de cap. Il ne vous restera plus qu’à régler les voiles.

Vous pouvez également créer une route sur l’application de navigation et transférer les waypoints au pilote assez simplement. Côté sécurité à chaque fois que le bateau arrivera à proximité d’un de ces points une alarme retentira et le pilote attendra une confirmation de votre part pour modifier la route.

En arrivant au mouillage vous aurez directement sous les yeux les sondes sur la carte ET les indications du sondeur, plus besoin donc de passer d’un afficheur à l’autre. Ce qui signifie que vous pouvez préparer votre mouillage et surveiller la (vraie) couleur du fond à l’avant tout en contrôlant pilote et cartographie.

Enfin la nuit, si vous croyez déraper, vous n’aurez pas forcément besoin de quitter votre banette: un coup d’œil à votre tablette vous assurera de la profondeur et de votre position. Bon, en réalité, je vous conseille de sortir quand même, on ne sait jamais!

Difficile en tout cas de ne pas se laisser séduire au premier abord par ce montage.

Le coût de l’intégration des instruments de navigation sur une seule tablette

En fait ce n’est pas si coûteux, tout dépend de vos exigences.

Admettons que vous ayez déjà investi  dans une centrale de navigation, un GPS fixe, une tablette et une appli de navigation. Ce qui est le cas de la majorité des propriétaires de voiliers habitables.

instruments de navigation

Pour avoir le plaisir de recevoir toutes les données sur votre écran mobile il vous faut en plus:

  •  Un transpondeur AIS pouvant communiquer au format NMEA 0183 ou 2000 (à partir de 330€)
  • un multiplexeur NMEA WIFI compatible avec vos instruments de navigation (à partir de 390€)
  • un splitter d’antenne ou une 2e antenne vhf (à partir de 190€)

Note: Le splitter permet de partager une seule et même antenne entre la VHF et l’AIS.

Ces appareils sont parfois intégrés, soit tous, soit certains d’entre eux, aux transpondeurs AIS.

Ci-dessus l’installation de Jeanmi

L’AIT 5000 utilisé par Jeanmi est tout de même vendu 1300€ (avant négociation) . Mais il s’agit d’un transpondeur de classe B+, alors qu’un classe B peut suffire à la majorité des voiliers et coûte moitié moins cher. Par contre il intègre déjà un multiplexeur NMEA Wifi, un GPS dédié  ET un répartiteur d’antenne, il est donc très complet.

Par ailleurs si vous utilisez des instruments NKE vous devrez vous procurer une interface spécifique à NKE pour faire communiquer les 2 univers entre eux. Lequel coûte environ 500€. Les autres marques ont également leurs langages privés, et il vous faudra vérifier la compatibilité du multiplexeur avec votre équipement avant l’achat.

Bien sûr il vous faudra ajouter un peu de câblage et éventuellement les services d’un électronicien. Vous devrez disposer également de suffisamment d’énergie pour alimenter le tout et prévoir une solution de repli en cas de panne.

Bref, pour moins de 1000€ il semble possible de s’équiper d’AIS et d’intégrer toutes les données de navigation sur un Ipad.

écran de l'Ipad en navigation
Weather 4D avec fichiers grib, cibles AIS et données des divers instruments

Pour ma part en navigation j’utilise Boating HD sur un Ipad et un téléphone Android. Je pourrais donc recevoir les données de l’AIS de Jeanmi s’il m’invite à son bord. Il suffira de connecter mon Ipad à son réseau. Par contre je ne pourrai pas visualiser les données de vitesse, sonde et pilote car cette appli ne le permet pas. D’autres le permettent telles que InavX ou Weather 4D. Gageons que Navionics se mette rapidement au parfum?

Faut-il installer le wifi à bord de son voilier?

Entendons-nous bien, je parle ici d’un réseau wifi dédié à la centrale de navigation. Il ne s’agit pas de connecter votre voilier à Internet.

Tout d’abord je pense que si vous débutez en voile ce type d’installation rajoute trop de complexité. Commencez par apprendre les bases de la navigation à la voile, passez le permis hauturier. Ce n’est qu’ensuite que vous pourrez vraiment exploiter tout le potentiel d’une intégration aussi poussée des aides électronique à la navigation. cependant pour ne pas passer à côté de ces aides précieuses je vous ai sélectionné des applis de navigations sur Ipad ou Android  que vous pourrez utiliser assez rapidement et simplement.

Ensuite l’utilisation de l’AIS convient bien à la navigation semi-hauturière et hauturière où l’on pratique une veille souvent plus espacée qu’en côtière. L’AIS est également très utile, même s’il ne remplace pas le radar, quand la visibilité est médiocre: de nuit, dans le mauvais temps ou la brume. Enfin si votre vue est vraiment très mauvaise, je suppose qu’il peut vous dépanner un peu…

Remarquez que même sans AIS, un multiplexeur wifi peut vous permettre de transformer votre tablette en répétiteur, et de contrôler votre pilote à distance. L’avenir et les usages nous diront si ces possibilités seront retenues par les plaisanciers.

l'ipad sert de répétiteur

Assurément si j’équipe mon bateau pour une navigation de plusieurs mois je prendrai en considération ces possibilités pour pouvoir contrôler ces informations sur mon Ipad depuis le carré ou ma couchette. Pour autant je ne me vois pas renoncer aux répétiteurs qui permettent de partager les données avec tout l’équipage présent dans le cockpit. En plein soleil les écrans de nos tablettes sont souvent difficiles à lire, et ne se voient pas de très loin. Sans compter qu’on peut les perdre, et qu’elles se déchargent facilement.

En dehors de ces usages, je n’en vois pas l’utilité en navigation côtière mais peut-être aurez vous un avis différent?

 

 


  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *