penon au vent
tutos

3 repères efficaces pour le réglage de voile

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Un bon réglage de voiles, c’est d’abord l’assurance de les garder plus longtemps en bon état. Mais c’est aussi beaucoup plus de plaisir et de confort pour tout l’équipage. Les sensations à bord d’un voilier bien équilibré sont grisantes! Sans parler du bonheur de dépasser les autres bateaux: eux ne savent peut-être pas que vous êtes en course, mais vous, si!

Alors comment obtenir ce résultat?

Quand j’ai passé mon monitorat de voile, j’ai fait tout un exposé sur l’hydrodynamique et l’aérodynamique des voiliers. Un long discours ponctué de schémas qui aboutissaient à la conclusion suivante: pour bien régler les voiles, le meilleur indicateur: ce sont les penons!

Sauf qu’ils ne sont pas les seuls. Pour cet article j’ai retenu 3 principaux repères, à évaluer dans un ordre bien précis pour optimiser vos réglages de voiles.

Je vais essayer de vous traduire tout ceci le plus simplement possible. Et à la fin de l’article, vous saurez régler vos voiles en 3 coups d’œil!

Pour commencer je vous livre un scoop:

Premier scoop: le vent qui souffle dans vos voile n’est pas le vent réel, mais le vent apparent.

Quand le bateau se déplace, il crée un vent qui est égal à sa vitesse. Il en va de même pour les vélos, les voitures, pour tout objet qui se déplace dans l’air.

Ce vent vitesse s’additionne au vent réel pour créer un vent que l’on nomme vent apparent. C’est le vent apparent qui souffle sur votre visage, et sur votre girouette quand vous êtes à bord. Pour ressentir le vent réel, il faut que le vent vitesse soit nul, donc il faut être à l’arrêt.

réglage des voiles suivant le vent apparent

Sur le schéma ci-dessus, j’ai dessiné le triangle des forces qui permet de calculer le vent apparent. On voit qu’il est la somme VA = VR+VV.

En conséquence, du travers au près, le vent apparent est moins favorable au voilier et plus fort que le vent réel. Au portant c’est l’inverse.

Dans la suite de cet article, le vent à partir duquel nous règlerons nos voiles sera toujours le vent apparent.

Deuxième scoop: Savez-vous que le vent ne pousse pas votre voilier?

Je sais, ça peut paraître fou, mais le vent ne pousse pas votre voilier, il l’aspire!

Exactement comme un avion ne s’appuie pas sur l’air pour voler, mais est aspiré par la dépression générée par la circulation de l’air sur les deux faces profilée de ses ailes.

Les voiles sont aspirées par une dépression

Lorsque le vent rencontre la voile, il se sépare en deux filets d’air qui longent chacun la face externe (l’extrados) et interne (l’intrados) de la voile. Quand les voiles sont bien réglées, l’air circule sans former de tourbillons, on dit que l’écoulement est laminaire.

Ce phénomène crée une différence de pression entre les deux côtés de la voile. Sous le vent l’air dévié par la voile accélère, créant une dépression. Au vent, l’air s’étale dans le creux et ralentit. l’air qui circule dans l’intrados exerce tout de même une pression sur la voile, mais celle-ci est deux fois moins forte que la dépression sous le vent. Voilà pourquoi on considère que les voiles sont plus aspirées que poussées.

Le cumul des deux forces donne la force aérodynamique totale qui s’exerce sur la voile.

réglage des voiles aérodynamique

 

Ce phénomène fonctionne pour tous les fluides circulant sur une surface convexe. Vous pouvez l’expérimenter vous même en plaçant une cuillère verticale sous un filet d’eau du robinet. La cuillère sera aspirée par son coté bombé. Si vous coupez l’eau, elle redevient parfaitement verticale.

Augmenter la puissance d’une voile

Pour augmenter la puissance d’une voile, il faut augmenter la force aérodynamique.

Or plus les filets d’airs sont déviés de leur direction initiale, plus cette force augmente. Pour augmenter la déviation de l’air, nous avons deux possibilités:

  • accentuer le creux de la voile
  • border la voile

Cependant il y a des limites!

 

réglage incidence voile

Quand on creuse une voile, la force aérodynamique augmente mais elle change légèrement de direction. Elle tire un peu moins vers l’avant. Si vous voulez naviguer au près vous ferez donc moins de cap. Cette solution fonctionne bien dans le petit temps, ou dans le clapot, deux situations où on va privilégier la puissance.

Quand on borde une voile, on augmente certes la puissance, mais à partir d’un certain angle de la voile par rapport au vent (que l’on appelle “incidence“), les flux d’airs sur l’extrados décrochent.

Ainsi si vous abattez du près vers le travers mais que vous ne choquez pas vos voiles, le bateau va ralentir.

Au portant l’écoulement de l’air est très perturbé

Tout ce que vous venez de lire ci-dessous n’est valable que lorsque l’écoulement du vent est laminaire. Sur un voilier de croisière, les filets d’airs commencent à décrocher à partir du travers. Ensuite plus vous abattez, plus la pression directe du vent dans l’intrados prend le dessus. Au vent arrière, la force aérodynamique devient proportionnelle à la poussée du vent apparent dans vos voiles. A ce moment là on peut vraiment dire que nos voiliers sont poussés par le vent.

réglage voile portant

Maintenir un écoulement laminaire

Vous l’avez compris, pour bénéficier de la composante d’aspiration de la force aérodynamique, nous avons tout intérêt à maintenir un écoulement le plus laminaire possible dans nos voiles.

Pour obtenir les meilleurs réglages de voile nous allons observer attentivement les indicateurs dont nous disposons. Sur l’eau, réglez de préférence le génois avant la grand-voile.

Régler ses voiles en trois coups d’œil

Si vous voulez vraiment progresser, oubliez un instant vos girouettes et autres lochs électroniques. Le secret d’un bon réglage de voile passe d’abord par l’observation des voiles elle-mêmes. L’électronique vous donnera confirmation ensuite de la pertinence de vos choix.

regarder ses voiles

Premier coup d’œil: pas de plis dans les voiles

Sachez d’abord que bien étarquer les voiles ne veut absolument pas dire qu’il faut souquer tous les bouts. Surtout pas! Ce serait le meilleur moyen de les déformer rapidement. Et comme chacun sait, les voiles sont un gros poste dans le budget d’un voilier!

Quand vous hissez vos voiles, observez le tissu le long du guindant. Tendez la drisse jusqu’à effacer les plis horizontaux dans la voile. Si vous voyez un pli vertical se former à l’avant de la voile, c’est qu’elle est trop étarquée.

Par contre si vous avez une grand-voile entièrement lattée, et que des plis verticaux apparaissent au niveau des goussets de latte, c’est que les lattes ne sont pas suffisamment tendues. Quand elles sont trop tendues, elles peuvent former un S dans le petit temps, ou bien elles restent à contre après un virement ou un empannage.

régler la grand voile
Ici les lattes forment un S: elles sont trop étarquées et le creux est trop avancé.

Deuxième coup d’œil: visualisation du creux des voiles

En principe vous avez pour vous aider des bandes de visualisation du creux de vos voiles. Vous pouvez régler deux paramètres du creux de la voile:

  • Sa position d’avant en arrière
  • Sa profondeur

Le creux d’une voile est calculé dès sa conception pour se situer à un peu plus du tiers de son bord d’attaque. En agissant sur la tension du guindant vous pouvez l’avancer ou le reculer jusqu’à ce qu’il se trouve à sa place.

Note: le bord d’attaque est l’avant de la voile, le bord qui attaque le vent en premier…

Réglage du génois:

Une fois qu’il est correctement étarqué et bordé à la limite du fasseyement vous pouvez observer le creux. En augmentant la tension dans l’étai, donc en reprenant du pataras, vous ferez avancer le creux du foc et inversement.

Réglage de la grand-voile:

Comme pour le génois vous pouvez agir sur la tension du pataras et cintrer légèrement le mât pour avancer le creux. Une autre possibilité est de reprendre de la drisse ou du cunningham, toujours pour avancer le creux. Inversement si vous relâchez la tension dans le guindant, le creux reculera.

La profondeur du creux est plus délicate à régler. Plus haut nous avons vu qu’elle détermine la puissance de la voile, mais qu’elle peut engendrer un décrochage de l’écoulement de l’air. Nous allons donc passer au troisième indicateur.

Troisième coup d’œil: penons et faveurs

Ce qui suit est très utile quand votre voilier suit toujours le même cap par rapport au vent apparent. Avec un vent irrégulier ou un barreur qui fait des zigzags, vous devrez trouver un compromis.

Les penons, ce sont ces petits brins de laine fixées à la voile en trois étages le long du guindant. Le long de la chute vous pouvez également placer des petits rubans de nylon en toile à spi. Ils nous permettent de “voir” l’écoulement de l’air sur les deux faces de la voile et à sa sortie.

Quand  l’écoulement est laminaire, ils sont à peu près horizontaux, parallèles entre eux. Par contre, dès que vous abattez au delà du travers, les penons décrochent sous le vent, ils ne vous seront plus très utiles pour vos réglages.

penon au vent
Au près si le penon au vent décroche, l’écoulement est perturbé. Pour recoller le vent à la voile, il faut soit border le foc, soit abattre. (photo Sun2k – Flickr)

Votre voile toujours bordée à la limite du fasseyement, vos penons peuvent dévier. Vous devez alors régler l’incidence de la voile avec le vent apparent pour retrouver un écoulement laminaire. Autrement dit, vous aller border ou choquer de l’écoute et du chariot d’écoute.

Réglage du génois:

Quand vous abattez vous pouvez creuser la voile en avançant le chariot d’écoute de génois. Pour cela choquez suffisamment d’écoute, déplacez le chariot et bordez à nouveau. Quand vos trois étages de penons sont bien orientés, votre voile est réglée.

Inversement quand vous lofez il faut reculer le point de tire du génois (le chariot d’écoute).

Note: Quand vous prenez des tours dans un génois, avancez également le point de tire, sinon la chute sera complètement détendue tandis que la bordure sera elle, trop tendue, et vous n’avancerez plus.

Réglage de la grand-voile:

Si vous voulez lui donner de la puissance, augmentez le creux en relâchant de la bordure. Cependant là aussi, quelque soit votre réglage de creux, les penons et les faveurs du haut de la voile risquent de décrocher quand vous abattez vers le bon plein et le travers. Cela vous indique que le haut de votre voile déverse. Votre grand-voile présente un vrillage et perd de la puissance en laissant s’échapper l’air dans les hauts. Cela peut-être utile si vous êtes un peu trop toilé dans les surventes.

Mais si ce n’est pas le cas, vous perdez inutilement de la vitesse. Le meilleur réglage serait de conserver une chute droite plutôt que vrillée. Comment s’y prendre?

C’est simple: au fur et à mesure que vous choquez l’écoute, il vous suffit de déplacer le chariot d’écoute de la grand-voile sous le vent. Ainsi vous alignerez le haut et le bas de la voile: la chute se tendra. N’oubliez pas de remonter le chariot si vous devez à nouveau lofer.

réglage du chariot de génois
A bord de ce voilier le chariot d’écoute de génois est bien positionné pour le près. Il tire dans l’axe de la bissectrice de l’angle formé par le point d’écoute. A noter le chariot de grand voile bien au milieu du rail.

Concrètement, comment retenir tout cela?

Le principe est simple: du près au travers, l’écoulement de l’air doit être le plus laminaire possible. Dans les faits:

  1. Pas de plis dans les voiles, pas de tensions excessives.
  2. Un creux situé légèrement en arrière du tiers de la voile
  3. Un creux plus profond pour gagner de la puissance dans le petit temps ou contre le clapot.
  4. Un creux diminué pour réduire la puissance dans la brise et au près.
  5. les voiles réglées à la limite du fasseyement
  6. Les penons sont alignés du près au travers.

Pour vous former chez vous au réglage de voile, regardez des vidéos de voile et essayez de deviner si les voiles sont bien réglées. Tapez simplement le mot “régate” pour de belles images et de beaux réglages. Imaginez les réglages que vous pourriez faire pour améliorer la situation. Dès que vous serez sur l’eau, vous pourrez vérifier vos déductions!

 


  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *