cours de voile en Optimist
tutos

Avec ou sans cours de voile? 5 profils d’apprentissage de la croisière

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Tout le monde n’aime pas l’école. Mais tous les voileux ont eu besoin un jour de se former. Je crois même qu’on n’arrête jamais de progresser car la mer nous réserve sans cesse de nouvelles surprises. Chaque situation scabreuse continue de remplir l’escarcelle de notre expérience nautique. Pouvons-nous nous fier uniquement à notre capacité d’adaptation pour apprendre à naviguer ou bien faut-il absolument prendre des cours de voile?

Aujourd’hui je ne veux pas débattre de ce serpent de mer. Je vous ai déjà expliqué comment vous pourriez apprendre la voile, de manière personnalisée. Je l’avoue, j’ai tendance à penser qu’on gagne un temps fou en prenant des cours de voile quand on est un débutant total. Une fois les bases acquises, vous pouvez faire varier les parcours d’apprentissage, tous les chemins dit-on mènent à Rome. La preuve?

Voici 5 profils d’apprentissage de la voile inspirés de personnes que j’ai rencontrées: des amis, des navigateurs croisés au gré des mouillages, et des lecteurs de ce blog. Vous vous y reconnaîtrez peut-être.

1.La complète:  Du dériveur à la plaisance en passant par la régate.

Il se dit sur les forums que le parcours idéal du voileux débute sur le banc d’un Optimist en école de voile, se poursuit en voile olympique vers la vingtaine. Il s’ensuit plusieurs années de régate en équipage. Puis l’âge venant forcément on s’assagit ou on prend des responsabilités. Est-il sage d’ailleurs de cumuler les responsabilités? Je vous laisse réfléchir. Bref quand on commence à vivre en couple et à fonder une famille, nos exigences de confort sont de moins en moins négociables: le voilier de croisière rapide remplace le pur sang de course.

au rappel en régate

 

On se dit qu’un tel marin, avec tous les cours de voile qu’il a reçu, en sait forcément bien plus que les autres. Assurément il sait faire marcher un bateau, c’est un atout formidable. Cependant quand il passera à la croisière il devra apprendre comme les autres, sur le tas: la mécanique, l’électricité, l’hydraulique, les formalités de douane, la bidouille et la gestion du gros temps au large.

Ce marin existe. Cependant vous ne le verrez jamais à bord d’un Rêve d’Antilles. Si vous voulez le rencontrer, prenez la table Osiris habitable des ratings. Plus le rating est élevé, plus le bateau s’est montré rapide en régate et en course-croisière. Comme la longueur de la coque joue sur les performances, relevez tous les bateaux de croisière qui ont le meilleur rapport longueur/rating. Maintenant vous savez sur quels voiliers trouver notre marin!

2.L’épicurien: les copains d’abord, la technique après

Il existe mille raisons d’aimer la voile. L’épicurien aime les plaisirs simples de la vie. La convivialité, la douceur du petit temps, la cocotte minute qui mijote au près sur le four à cardan et le rhum arrangé le soir quand le soleil se couche sur le mouillage.

apéro en navigation

Il n’a pas forcément un gros niveau technique. L’épicurien sait conduire un voilier, mais sans s’attarder sur les détails. L’important est de naviguer, et si possible avec un équipage de joyeux drilles ou une femme amoureuse. Notre plaisancier n’a rien contre la régate, bien au contraire car il pense que l’important est de participer. Cependant il le reconnaît lui-même, il n’est pas un as du réglage de voiles!

Souvent il n’a pas pris de cours de voile. Sauf à l’école s’il vivait au bord de la mer. Il se souviendra surtout des dessalages volontaires qui le faisaient tant rire, lui et ses camarades de classe. Il a donc appris par imprégnation, presque sans s’en rendre compte. Admiratif des navigateurs plus expérimentés il ne les jalouse absolument pas. Grâce à sa bonne humeur indestructible à bord d’un voilier, Il est apprécié autant comme skipper que comme équipier. Quand vous avez un voileux épicurien dans votre entourage prenez en soin, il vous accompagnera joyeusement sans vous contredire dans vos rêves de mer les plus fous.

3.Le débutant enthousiaste: de l’école de croisière à l’achat

Voici un candidat à la navigation qui veut absolument tout savoir. Sa soif de connaissances voilistiques est telle qu’il ou elle ne sait plus ou donner de la tête. J’ai remarqué qu’on trouve pas mal de femmes dans cette catégorie de passionnés. Beaucoup de femmes adorent qu’on leur apprennent des choses qu’elles ne connaissent pas… à condition qu’elles en aient fait la demande explicite bien entendu.

Le débutant enthousiaste prendra donc des cours de voile aux beaux jours, et mettra à profit l’hiver pour passer son permis hauturier, le CRR et un brevet de secouriste. Sa bibliothèque se remplira de manuels de navigation et de récits de voyage en bateau. Il passera toutes ses vacances sur l’eau en testant différentes formules: école de croisière, co-baturage, régates conviviales et parfois même bateau-stop. Assez rapidement lui viendra le désir de posséder son propre voilier. Il fera tout son possible pour réaliser ce rêve, économisant sous par sou, quitte à vivre à bord si les finances l’exigent.

Le virus de la voile peut piquer ainsi n’importe qui à n’importe quel âge. Très virulent, relativement contagieux, il peut conduire à une forme de folie permanente: la monomanie de la voile.

4.Le tour du mondiste pressé : apprendre sur son propre bateau en un mois avec un pro

En fait de tour du monde, il s’agit le plus souvent de cadres supérieurs ou de chefs d’entreprises qui veulent s’offrir un tour d’Atlantique soit dans le cadre d’une année sabbatique soit après avoir vendu leur affaire. Certains pousseront jusqu’au Pacifique, mais ils sont déjà moins nombreux, à moins qu’ils n’y vivent déjà avant le départ.

Ces candidats au grand voyage sont très pragmatiques: ils raisonnent en terme d’objectifs et de moyens. Ils définissent leur cahier des charges, leur budget et planifient les étapes à franchir avant le départ. Les cours de voile font partie de ces étapes. Ils peuvent avoir déjà loué des voiliers ici où là mais ils n’ont jamais vraiment pris le temps d’apprendre correctement la voile. Là ils s’apprêtent à partir sur un grand bateau de croisière confortable et bien équipé: parfois un catamaran de 15 mètres, qu’ils ne savent pas encore manœuvrer. Le plus rationnel à leurs yeux est donc de louer avant le départ les services d’un skipper professionnel qui les coachera à bord de leur propre voilier.

cours de voile sur un catamaran de croisière

Tous n’ont pas des budgets faramineux, mais ces plaisanciers sont habitués à réussir ce qu’ils entreprennent. Ils sont confiants, ils ont de l’argent pour les coups durs, et savent que même s’ils mettent une grande part de leurs économies dans leur projet, ils pourront revendre le bateau au retour et rebondir facilement.

L’objectif étant de partir rapidement ils ne s’attardent pas sur des détails tels que barrer avec des penons. L’électronique du bord leur donnera toute les indications nécessaires à la bonne marche du  bateau et ils n’ont pas l’intention de barrer leur voilier. Les grands voiles à enrouleur, le pilote hydraulique et les winchs électriques feront le job tandis qu’ils se concentreront sur l’essentiel: le plaisir d’être au large, seuls au monde et de visiter les plus beaux mouillages tropicaux de la planète.

5.L’autodidacte: partir et apprendre tout seul sur son propre bateau

Voilà une personne qui ne prendra jamais de cours de voile. Amoureux de la mer et des bateaux, il sait lire et il n’aime pas trop qu’on lui dise ce qu’il doit faire. Il va donc tenter de se passer de moniteur de voile. Ce genre de marin est tout à fait capable de s’acheter un voilier et de prendre le large après avoir fait 3 ronds dans l’eau pour apprendre à hisser les voiles et les border approximativement. Quelquefois c’est toute une famille qui s’embarque ainsi dans l’aventure, pour le meilleur et pour le pire. Pour eux, la soif de liberté et d’action est plus forte que l’appréhension. De plaisirs en galères ils apprennent ce dont ils ont besoin au moment où ils en ont besoin, ou juste après… D’autres l’ont fait donc pourquoi pas eux?

apprendre la voile sans prendre de cours

En mer dans les situations difficiles l’expérience et la préparation feront la différence. Mais en évitant au maximum les conditions dangereuses, et avec un petit peu de chance, il est vrai qu’il est possible de se promener en bateau autour du globe et d’apprendre au fil de l’eau.

Ce constat donne raison aux plus téméraires, tant qu’ils ne rencontrent pas une difficulté mal anticipée. Un homme à la mer par exemple, ou une erreur de navigation. Lisez l’expédition du Kon Tiki: on y apprend qu’il est tout à fait possible de traverser le Pacifique sur un radeau de troncs d’arbre. Lisez le jusqu’au bout et voyez la fin. On en reparle quand vous l’aurez terminé 😉

Plus proche de nous si vous avez suivi l’hivernage de Guirec Soudée dans les glaces du Groenland, vous aurez une idée de ce qu’autodidacte peut signifier d’approximation et d’inconscience. Est-ce une caractéristique inévitable des aventuriers débutants?

Conclusion:

Ces profils d’apprentissages reflètent la psychologie de chaque marin ainsi que ses influences. Quand vos parents vous plongent dans la marmite tout jeune, si vous y prenez goût vous aurez très tôt de solides compétences nautiques. Pour tous les autres qui découvrent la voile à l’âge adulte un parcours d’apprentissage est à construire.

Ce que montre aussi cette diversité, c’est que lorsque nous apprenons la voile nous avons tous une question à résoudre: à quel moment nous jeter à l’eau (avec une brassière) en prenant la responsabilité de notre bateau?

Pour ma part je vous conseillerai de le faire le plus tôt possible, mais en minimisant les risques. Prenez quelques cours, choisissez un plan de navigation réputé facile avec des conditions météorologiques clémentes et lancez-vous.

Au fait, vous êtes-vous reconnu dans un de ces profils?

 

on se jete à l'eau, on prend des cours de voile!

 


  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Formation gratuite à la croisière hauturière: 3 lives interactifs et 10 vacations en vidéo. ​Ouverte du 5 avril au 30 avril 2020