idées de croisière

Escale à l’Aber Ildut

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

La semaine dernière nous avons envisagé un week-end à Douarnenez. La météo ne donne pas une envie folle de naviguer cependant cet automne tant se succèdent et s’additionnent pluie et coups de vent. Pourtant en se poussant un peu, il y a quasiment toujours moyen de s’amuser, à condition d’être bien équipé pour se protéger des intempéries.

Si vous ne sortez pas, je vous invite à lire “10 raisons pour lesquelles votre femme n’aime pas le bateau”, qui a parlé à bon nombre de plaisanciers. La 11e raison pourrait être: parce que vous vous acharnez à sortir TOUS les week-ends, par TOUS les temps.  Après vous pourrez toujours dire que c’est de ma faute, vu que proposer une sortie chaque week-end était mon idée.

En réalité la plupart d’entre vous sortent leur bateau entre septembre et octobre et ne le remettent pas à l’eau avant mars-avril, vrai ou pas vrai?

Pourtant ces sorties par la diversité des conditions météo ont l’avantage de vous faire progresser. Pensez-y si vous voulez être plus à l’aise sur l’eau. Ne sortez pas uniquement quand il fait chaud ou par petit temps!

Revenons à mon défi. Le week-end à venir sera encore un peu humide mais pas tant que ça. Et puis il ne fait pas encore froid, sauf la nuit.

Voici les prévisions météorologiques:

Ainsi que les horaires de marées:

Nous voici donc à nouveau en-dessous des marées moyennes (coefficient 70)

Savez-vous que la marée est due à l’action non seulement de la Lune mais aussi du Soleil?

Les marées de vive-eau ont lieu quand la Lune, le Soleil et la Terre sont alignés sur un même axe (pleine lune ou nouvelle lune). Dans ce cas, leurs forces s’unissent et le marnage est plus important.

En morte-eau la lune forme un angle droit avec le Soleil (premier et dernier quartier), leurs forces s’exercent dans des directions différentes, l’une “tire” vers le nord par exemple, et l’autre vers l’ouest. Du coup la force résultant de l’attraction de la Lune est diminuée par l’action du soleil qui ne tire pas du même côté.

Vous me suivez? Peut-être pas. Les esprits scientifiques et/ou curieux trouveront un joli triangle des forces sur le site du SHOM et pour les férus d’astronomie des exercices pour calculer l’influence du soleil sur les marées sur le site  de l’Observatoire de Paris.

Et pour terminer cette parenthèse océanographique, une précision orthographique: Lune, Terre et Soleil prennent une majuscule quand ils désignent le satellite, la planète et l’étoile. Je sais c’est Sioux et ça ne vous sert à rien en navigation de l’apprendre. Mais comme un copain m’a dit qu’il y avait des fotes d’aurtografe dans mon blog, je tiens à démontrer ma rigueur!

Au moins, vous saurez quoi raconter à vos enfants le soir au mouillage sans télévision.

Justement, où allons nous jeter l’ancre samedi soir?

Le vent soufflera de l’ouest samedi avant de virer au nord-ouest en fin de journée. La marée descend jusqu’à 15h samedi.

Si vous avez lu les précédents articles du défi vous connaissez ma stratégie: je cherche à naviguer aux allures les plus rapides et à profiter des courants. Je guette aussi les meilleures conditions pour visiter les mouillages les plus techniques.

En l’occurrence si nous voulons éviter de tirer des bords dimanche, j’élimine le sud de la mer d’Iroise. En plus les petits coefficients de marées plaident pour des ports peu profonds, ou bien des routes qui traversent des zones à  courant. Ce qui nous donne… le suspens est à son comble!!!

(Oui, d’accord, je sais bien que la réponse était déjà dans le titre. Mais c’était pour voir si vous suiviez☺ )

Nous ferons escale à l’Aber Ildut.

escale à l’Aber Ildut – photo jmt-29

Ce très joli port est doté depuis peu de pontons avec douche et électricité. Son petit chenal d’accès situé dans le chenal du Four est difficile par forte houle d’ouest ou faible visibilité. Ce ne devrait pas être le cas samedi en fin d’après-midi.

Une fois à terre vous pouvez randonner sur le GR34 qui longe le littoral et les rives de l’Aber. Avec un peu de chance vous y apercevrez peut-être une loutre.

escale à l’Aber Ildut -photo Kristian Pérès

 

A l’aller nous ferons attention à nous présenter à l’étale de basse mer à l’entrée du chenal du Four, soit vers 15h15. En partant vers 9h30 de Brest nous pourrons déjeuner devant Plougonvelin ou la plage du Trez Hir qui nous fournira un excellent abri. Avec un bon barreur et si le vent annoncé WSW ne tourne pas plus tôt que prévu, ce devrait être possible au près sur un seul bord. Ensuite, il reste 11 milles jusqu’à Lanildut, au travers et avec le courant, on peut raisonnablement espérer prendre le thé au ponton. Il restera même du temps pour se promener à terre avant la nuit. Elle est pas belle la vie de marin?

 

De Brest à l’Aber Ildut

Pour finir je lance une bouteille à la mer: si vous avez de jolies photographies des mouillages en mer d’Iroise et Bretagne Sud, que vous voulez bien me les envoyer pour que je puisse les poster dans mes articles de blog, cela m’aiderait beaucoup.

Bonne navigation!


  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *