• idées de croisière

    De Brest à Morgat: on s’attache!

    Le 8e week-end du défi 52 idées de croisière en Bretagne s’annonce à grand pas!

    Nous n’avons pas encore visité tous les mouillages de la mer d’Iroise, loin s’en faut. Cette fois-ci je vous emmène de Brest à Morgat.

    C’est une destination que j’avais écartée il y a un mois au profit de Douarnenez. La raison en était que le port a été mal conçu, de sorte que par fort vent de sud-ouest les pontons ont tendance à se disloquer. Tout comme le terre-plein qui devait accueillir les bateaux au sec, est rongé par l’océan qui emporte à chaque grande marée le sable sur lequel il a été bâti. Ce genre d’information ne figure pas dans les guides nautiques, je tenais donc à vous en avertir.

    Ce samedi, le vent soufflera du noroît et passera au sud-ouest dans la matinée de dimanche. La marée ne permet pas de sortir de la rade avant 14h. Les jours diminuent, aussi je rajoute un nouveau paramètre qui est l’heure de coucher du soleil: 17h30 environ à Brest samedi soir. Une houle de 2,50m est attendue.

    windguru camaret
    windguru morgat
    marées à brest

     

     

     

     

     

     

     

    “Si tu pars au près, tu reviens au près.”

    Voilà un vieux dicton que les marins brestois s’échangent au comptoir.  Assez réaliste quand on regarde la configuration de notre zone de navigation et les caractéristiques de la météo. Sur la péninsule bretonne, les dépressions se succèdent en automne et en hiver. Il arrive aussi que l’anticyclone de Sibérie nous envoie une dorsale de ciel bleu, du vent de nord-est et des températures glaciales, heureusement amorties par celle de l’océan. Grosso modo les dépressions arrivent de l’ouest et filent vers l’est ou le nord-est. Ce sont des masses d’air chaud (enfin, plus chaud que celui des anticyclones, tout est relatif), où le vent tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Autrement dit quand une dépression arrive sur la bretagne le vent passe au sud-ouest, puis quand elle s’en va il passe progressivement ouest puis nord-ouest. La dépression suivante amène à nouveau du sud-ouest et ainsi de suite.

    Passage d’une dépression sur la France

    Dans ce régime de vents perturbé, il est donc fréquent de ne pas trouver le même secteur de vent d’un jour sur l’autre. Si ce week-end nous décidions de remonter vers le nord, donc au près, vers l’Aber Wrac’h, ou vers vers Ouessant, au retour nous serions à nouveau au près puisque le vent tourne progressivement au sud. Voilà aussi pourquoi je vous propose ce petit exercice de navigation sur carte tous les week-end. Ma stratégie est de faire de ces vents changeants et des courants nos alliés, ce qui rend la navigation infiniment plus agréable, plus sûre, et nous permet d’aller plus vite, donc d’augmenter notre rayon d’action. Nous essaierons donc d’inverser le dicton.

    Donc si tu pars au portant, tu reviens au portant!

    Si nous voulons suivre le vent, nous partirons vers le sud du plan d’eau ce samedi. A ce compte-là j’aurais pu proposer de nous rendre à l’île de Sein me direz-vous. Malheureusement, vous répondrai-je, en sortant du goulet à l’étale de haute mer, soit vers 14h, nous risquons d’arriver à la nuit au mouillage. Ce n’est pas certain, mais la zone de mouillage est suffisamment restreinte à Sein pour que je ne préfère pas prendre ce risque. De plus les fonds sont tapissés de laminaires, si bien qu’il est nécessaire de bénéficier d’une luminosité suffisante pour voir la couleur du fond et déposer son ancre sur du sable. Enfin, nous n’aurions pas le temps de visiter l’île de jour, ce qui serait vraiment dommage!

    En sortant du goulet de Brest, nous aurons 3h30 de jour devant nous. Morgat, à seulement 20 milles de là nous tend ses petits bras de sable blanc. Il s’agit d’une charmante station balnéaire dotée d’une magnifique plage, et d’eaux turquoises. Par vent de nord, il est possible de mouiller pour quelques heures au pied des falaises criblées de grottes et entrecoupées de petites criques de galets entre le Cap de la Chèvre et le port. Même en cette saison il devrait être possible d’y trouver un bar et un restaurant ouverts le samedi soir.

    navigation De Brest à Morgat
    De Brest à Morgat

    Sur la carte, notre trajectoire dessine un C. Nous naviguerons au bon plein, grand largue et travers à l’aller, et, magie des dictons, au retour nous irons au près serré pendant 4 milles, puis largue et vent arrière. Nous sortirons du goulet aux alentours de 14h15, vers l’étale de haute mer.  Il suffira donc de quitter la marina du Moulin Blanc vers 12h45.

    Attention, le vent sera tout de même assez fort le samedi avec des rafales à 30 noeuds. Une fois passés les Tas de Pois la houle pourrait atteindre 3 m de hauteur moyenne. Autant dire que portant ou pas, il faudra penser à vous harnacher dès que vous serez dans le goulet. Mais êtes-vous équipés pour cela?

    Pour naviguer dans une mer formée, outre un minimum d’expérience, il faut que le bateau et l’équipage soient en effet bien préparés.

    Vous devez connaître les manœuvres de gros temps et porter la toile adaptée. Vous devez disposer de deux lignes de vie courant de l’arrière à l’avant du bateau à bâbord et à tribord. Privilégiez de la sangle plate que vous ferez coudre par votre voilier. Elle doit être solidement fixée sur des points d’ancrages capables de supporter votre poids si vous tombez à l’eau. Vous pouvez utiliser les taquets d’amarrage à cet effet.

    photo Jerôme Samson – Flickr

    Chaque membre de l’équipage doit porter par-dessus sa veste de quart un gilet à gonflement automatique avec harnais intégré. N’achetez pas les gilets qui n’en comportent pas l’économie n’en vaut pas la peine. Sur la boucle du harnais, une longe avec deux ou mieux, trois mousquetons. Veillez avant de partir à ce que les mousquetons ne soient pas grippés. Ensuite ne vous posez pas trop de questions: imposez-vous de vous attacher systématiquement, y compris dans le cockpit, dès que la mer se lève. Vous serez beaucoup plus sereins ainsi, surtout le skipper, même si cela ralentit vos mouvements sur le pont. Refuser de s’harnacher dans une mer un peu formée, c’est comme de ne pas mettre sa ceinture de sécurité en voiture! Ne pas l’exiger de ses équipiers est irresponsable!

    Bref, vous l’aurez compris, si vous voulez sortir de la rade et naviguer de Brest à Morgat ce week-end, c’est tout à fait possible, mais respectez les règles élémentaires de sécurité. Si vous êtes skipper, parfois il faudra insister un peu pour vous faire entendre. Vous est-il déjà arrivé qu’un équipier refuse de porter sa brassière ou son harnais? Qu’avez-vous fait? Racontez-le nous dans les commentaires sous l’article!

    Bonne navigation!

     

    En kayak le long des falaises de Morgat