• mouillage au glénan
    idées de croisière

    10 mouillages de rêve en Finistère

    Convoyer un voilier de Locquirec à Lorient, en été sur une une période de deux semaines n’est pas la pire des punitions! Un lecteur de ce blog m’a demandé de lui citer les 10 mouillages à ne pas louper sur un tel parcours.  Son voilier est un Oceanis 31, un quillard qui cale 1,80m.

    Bien sûr, je n’ai eu aucun mal à dénicher de très beaux mouillages au long de cette magnifique côte du Finistère. Voici donc comment je préparerais un tel parcours, sachant que la météo du moment aura toujours le dernier mot.

    Vue d’ensemble de la route à parcourir

    Quand je prépare une croisière, je commence par tracer la route totale du départ à l’arrivée. Ici il s’agit d’une route droite, avec un simple aller. mais le principe est le même pour un aller-retour, ou bien une boucle. Nous avons en effet besoin de connaître le nombre total de milles à parcourir, au minimum.

    De Locquirec à Lorient j’ai trouvé environ 150 milles nautiques en route droite sans escales. Si nous prévoyons 10 journées de navigation en 14 jours de croisière, cela nous donne une moyenne de 15 milles par jours, soit 3 heures de navigation. C’est très confortable, ici pour un équipage naviguant sur un Oceanis 31.  Une telle latitude vous laisse du temps pour visiter les ports, les îles et surtout vous permet de choisir la meilleure météo pour prendre la mer.

    Affinons un peu nos observations

    carte des mouillages du finistère

    Au long de cette route, existe-il des passages supérieurs à 15 milles qui ne présenteraient aucun mouillage abrité pour un quillard?

    Sur la côte du Finistère, on trouve de nombreux mouillages relativement rapprochés. Cependant le plus délicat sera de rallier l’île de Batz à l’Aber Wrach, pour une distance de 30 milles.

    Ensuite il faudra passer le raz de Sein et traverser la baie d’Audierne. Il s’agit de la partie la plus technique de cette croisière (40 milles de l’île de Sein aux Glénans) . Mais elle ne peut pas être planifiée des semaines à l’avance tant les choix stratégiques dépendent ici à la fois de la météorologie et des courants.

    Idéalement il faudrait passer le Raz de sein à l’étale de haute mer pour profiter du jusant (marée descendante) jusqu’aux environs de Loctudy. Dans tous les cas il ne faut pas tenter ce passage quand le vent souffle en sens inverse du courant.

    Je conseille donc à notre équipage de définir la date butoir à laquelle il veut avoir franchi la baie d’Audierne pour profiter des trésors maritimes du sud Finistère. Ensuite il surveillera attentivement la météo pour s’assurer d’effectuer cette petite traversée dans les meilleures conditions possibles, quitte à écourter son séjour en mer d’Iroise.

    Autres difficultés particulières

    En mer d’Iroise les courants sont assez importants, il faudra en tenir compte dans tous les passages un peu resserrés: soit le chenal du Four, le Fromveur et les chenaux d’accès aux mouillages.

    Enfin, dans le Finistère il est nécessaire de calculer les hauteurs d’eau à l’entrée de certains ports et sur ancre pour valider vos mouillages, surtout avec un quillard.

    Prévoir les avitaillements

    Je propose ici beaucoup de mouillages dans les îles ou au bord des plages. J’ y intercale des escales qui en plus d’être pittoresques permettent de se ravitailler en eau, vivre et gas-oil si le vent fait défaut.

    Comment choisir ses mouillages à l’avance?

    Pour cet article j’ai choisi de mettre en avant les plus beaux mouillages (selon moi) du Finistère. J’ai aussi considéré qu’il ferait beau temps, puisque cette croisière à lieu en été. Ceci fait que j’ai exclu la rade de Brest, alors qu’elle présente aussi beaucoup d’intérêt. Entre le très beau et le beau, j’ai donc préféré le plus beau 🙂

    Pour autant, si la mer s’avérait trop agitée en Iroise, je conseille fortement aux équipages de se replier sur les ports du secteur disposant de marinas, et de profiter de l’abri de la rade de Brest qui permet de naviguer en toute sécurité même avec des vents très forts.

    Le Grand Léjon au mouillage

    En préparant votre croisière vous pourriez constituer 2 listes de mouillages

    1. Une liste des mouillages les plus beaux du Finistère, en notant les difficultés éventuelles d’accès et le secteur des vents favorable.

    2. Une liste des mouillages les plus abrités et faciles d’accès.

    Ainsi vous ne vous trouverez pas pris au dépourvu quand la brise sera venue.

     

    10 mouillages de rêve en Finistère (et un petit peu dans le Morbihan)

    L’île de Batz

    Première escale de cette croisière, l’île de Batz offre aux quillards un mouillage protégé des vents de nord-ouest à nord-est, voire Est si le vent reste modéré, en lisière du chenal non loin de l’île aux Moutons.

    Si les conditions ne sont pas réunies, il est également possible de laisser le bateau dans le port à flot de Roscoff et de prendre le passeur pour visiter l’île.

    ile de batz

    L’endroit est magnifique, et mérite réellement le détour. sur place vous pouvez louer des vélos, ou marcher. L’île est sans voiture, le tour de l’île fait 12km.

    L’Aber Wrach

    Au fond d’une jolie ria, ce port doté d’une marina vous offre un abri parfait. Il s’agit quand même de bien respecter le balisage et d’entrer de préférence avec le flot. Des sentiers de randonnées entourent l’Aber si vous souhaitez prolonger votre séjour.

    mouillage aberwrach finistère

    Ouessant

    Faites attention si vous naviguez en vives-eau à la violence des courants dans le Fromveur et à proximité du phare de la Jument. Evitez absolument toute configuration du type vent contre courant dans ces parages quand le vent et les courant sont forts.

    Le principal mouillage de l’île pour les voiliers, celui de la baie de Lampaul est abrité des vents de secteur Nord à sud-est. Des bouées sont disponibles aux beaux jours. Le débarcadère est relativement éloigné, mieux vaut utiliser un moteur d’annexe. L’île mérite qu’on s’y arrête au moins 24h pour la visiter à pied ou à vélo.

    Molène

    Toute menue, l’île de Molène est nichée au cœur de l’archipel du même nom. Elle fait partie du parc naturel marin d’Iroise, zone protégée donc. Il n’est pas permis de débarquer sur tous les ilots dont certains sont privés. Quoiqu’il en soit avec ses plages de sable blanc et ses eaux turquoises, Molène est un régal pour les yeux. Les courants dans l’archipel sont tout de même à prendre au sérieux. Bien employés ils peuvent faire office de tapis roulant.

    pêcheurs au mouillage à Molène

    Le mouillage dispose de quelques bouées, souvent prises d’assaut le week-end. Pour jeter l’ancre entre ces bouées et les algues il faudra bien viser. Il faut penser également à faire un calcul de marée car par vives-eau la place à marée basse est limitée. Le port et les îlots offrent une protection contre les vents d’ouest à sud-est.

    Avitaillement à Camaret

    Niché derrière la pointe du Toulinguet, cette escale est souvent préférée à Brest. Camaret est un très joli port qui permet en plus aux équipages de faire un avitaillement complet. Ce sera sûrement bien utile après une semaine de navigation depuis Locquirec.

    camaret très joli mouillage en finistère

    Sa tour Vauban, sa chapelle sur le front de mer avec ses ex-voto, les petites ruelles et la plage feront votre bonheur. On y trouve également une quantité de restaurant et de bars en été, ainsi que des galeries d’artistes. De belles randonnées vous attendent à deux pas au dessus des falaises du Toulinguet.

    l’Anse de Pen Hir

    Au sud de Camaret, à condition de faire le tour des roches du Toulinguet et des tas de pois, vous découvrez une anse toute en sable et en falaises. Le mouillage sur fond de sable est excellent. Il n’y a rien à faire à terre, sauf à profiter de l’immense plage. Mais la balade depuis Camaret est très belle et le mouillage fort tranquille par de l’ouest à l’est en passant par nord. Du fait des hautes falaises les brises thermiques par grand beau temps peuvent toutefois être assez soutenues en fin de journée.

    Morgat

    A 20 petits milles de Camaret, cette station balnéaire dispose d’une immense plage de rêve nichée dans une anse protégée par de hautes falaises. La Prequ’ile de Crozon à l’Ouest offre des panoramas magnifiques aux randonneurs. Entre le Cap de la Chèvre et le port de Morgat, de nombreuses petites criques sablonneuses vous offrent des mouillages de jour au pied des falaises trouées de multiples grottes.

    grotte morgat

    Il est possible de mouiller dans la baie de Morgat et de débarquer dans la marina ou sur le sable. La marina compte peu de place pour les visiteurs et par vives-eau son accès peut-être difficile à marée basse. L’endroit et ses animations plaira sûrement aux enfants. Le port est protégé des vents de Nord-est à Ouest. Par vent de sud-ouest la houle peut rendre le mouillage intenable, voire dangereux.

     

    l’île de Sein

    Il n’est pas si facile de trouver de la place à l’île de Sein avec 1,80m de tirant d’eau. La place est comptée, car le passeur a besoin d’espace pour manœuvrer. Par morte-eau il y a plus de chance de trouver un coin de sable ou jeter son ancre. Attention aussi de ne pas la prendre dans un champ de laminaire qui cèdera dès que le vent montera.

    L’avant-port n’offre pas d’abri aux vents de nord à est quoique montre la carte. En effet les récifs à l’est sont recouverts à la pleine mer. Le combo gagnant est donc; vent de secteur sud-ouest à nord-ouest modéré, ou calme plat, et mortes-eaux.

    mouillages de l'ile de sein pointe du Finistère

    Si vous avez ces conditions, n’hésitez pas à vous y arrêter, cet endroit ne ressemble à aucun autre. Outre les couleurs hallucinantes de la mer d’Iroise, cette île comporte des ambiances très variées. Depuis le port au murs bariolés, vous découvrirez les ruelles étroites, de minuscules pâturages abandonnés,puis une végétation rare et rase qui se déploie entre les roches et l’océan. Sein est un paradis pour le kayak, la pêche et il est possible de s’y baigner si on n’est pas trop frileux.

    L’archipel des Glénans

    Après une traversée de l’ennuyeuse baie d’Audierne, mouiller aux Glénans est une véritable récompense. Ne vous précipitez pas forcément sur les bouées qui entourent Penfret et l’île de Saint Nicolas. Il existe bien d’autres mouillages possibles sous réserve d’un calcul de marée effectué dans les règles de l’art. D’ailleurs si vous désirez y passer quelques jours, les enfants du bord seront ravis, et vous n’aurez qu’à vous laisser vivre. Si vous manquez d’eau ou de nourriture, vous ferez escale à Concarneau. Attention d’arriver suffisamment tôt car les places y sont chères en été.

    mouillage au glénan

    Port Tudy

    Alors que la croisière de notre lecteur s’achève à Lorient, je ne peux que l’inciter à relâcher à Groix, fort animée en été. Une tournée des pubs s’imposera après une balade sur les sentiers côtiers. Après un tel parcours il sera suffisamment rompu à l’art du mouillage pour oser sortir des sentiers battus. Il ne sera pas pas obligé d’entrer dans le port généralement bondé. Si le temps et surtout la houle le permettent il trouvera de charmants mouillages au bords des plages.

    Je crois que cette croisière devrait être très réussie! Et vous, quels sont vos mouillages préférés dans le Finistère?